Qu'est-ce que c'est?

Qu'est-ce que c'est ?

Qu'est-ce que l'autisme?
On parle de différentes formes d'autisme...
Mais les T.E.D., c'est quoi ?
Et les troubles associés?

Qu'est-ce que l'autisme ?
«Les connaissances actuelles nous permettent de proposer une définition clinique (recueil et croisement d’observations de signes clés) de l’autisme mais ne nous permettent pas d’identifier précisément la ou les étiologies (origines et causes) de l’autisme
ARAPI & UNAPEI – L’AUTISME, OU EN EST-ON AUJOURD’HUI ? , 2007

«L'Autisme est un trouble envahissant du développement, caractérisé par un développement anormal ou déficient, manifesté avant l'âge de trois ans, avec une perturbation caractéristique du fonctionnement dans chacun des trois domaines suivants : interactions sociales, communication, comportement au caractère restreint et répétitif.»
OMS - CLASSIFICATION INTERNATIONALE DES MALADIES, 10E EDITION


Altération qualitative des relations sociales :
La personne avec autisme est en difficulté pour interagir avec les autres. Cela peut se traduire de différentes manières. Elle peut être solitaire, comme sourde aux autres. Mais elle peut également chercher à avoir des échanges mais sans respecter les règles sociales : sans regarder, en s’approchant trop près des personnes… Souvent, les personnes avec autisme cherchent peu le contact avec des pairs d’âge. De plus, elles semblent avoir des difficultés à exprimer leurs émotions et à comprendre celles des autres.

Altération qualitative de la communication :
La personne avec autisme est en difficulté pour maintenir une conversation avec autrui. Quand elle présente du langage, ce dernier n’est pas toujours fonctionnel, et ne semble pas s’inscrire dans un dialogue. Il peut se composer de jargon (langage incompréhensible), d’écholalie (répétitions de paroles entendues), de langage idiosyncrasique (langage personnel), de questions répétitives…
Chez les personnes avec autisme le langage peut également être absent ou très retardé, mais elles ne parviennent pas à compenser, d’elles-mêmes, cette difficulté par des actes de communication non verbale. Ainsi, elles ont peu recours aux actes sociaux tels que l’échange de regard, les pointages, les gestes sociaux (bravo, chut, haussement d’épaules)…

Intérêts restreints et répétitifs :
Les personnes avec autisme présentent fréquemment des mouvements stéréotypés (ex : des balancements du tronc ou d’autres parties du corps) qui peuvent perturber leur intégration sociale. Elles ont souvent un besoin d’immuabilité des situations, de l’environnement. En effet, les changements peuvent engendrer des angoisses, des troubles du comportement.
De plus, les personnes avec autisme possèdent des centres d’intérêts restreints et souvent atypiques (ex : les changements climatiques, les mécanismes des objets…) qui peuvent rapidement devenir envahissants pour les proches.

Début précoce :
«Ces trois catégories de troubles, dont les signes se manifestent progressivement, sont systématiquement présentes à l’âge de trois ans.
»
ARAPI & UNAPEI – L’AUTISME, OU EN EST-ON AUJOURD’HUI ? , 2007


L’autisme, un handicap
C’est récemment, suite au rapport Chossy (1996) que l’autisme a été reconnu comme handicap. Dans ce rapport, il est souligné que les prestations dictées par la loi du 30 juin 1975, loi d’orientation en faveur des personnes handicapées, ne peuvent être refusées aux personnes avec autisme.

«Toute personne atteinte du handicap résultant du syndrome autistique et des troubles qui lui sont apparentés bénéficie, quel que soit son âge, d’une prise en charge pluridisciplinaire qui tient compte de ses besoins et difficultés spécifiques.»
Extrait de la loi n° 96-1076 du 11 décembre 1996, modifiant la loi n° 75-535 du 30 juin 1975 relative aux institutions sociales et médico-sociales et tendant à assurer une prise en charge adaptée de l’autisme
J.O. N° 289 DU 12 DECEMBRE 1996, PAGE 18176, ARTICLE 2


 
On parle de différentes formes d’autisme…
On entend souvent parler de «continuum autistique», de «syndrome autistique», d’ «autismes» ou encore du «spectre de l’autisme». Ces expressions renvoient à la variabilité d’expression des troubles autistiques. Ainsi, les personnes avec autisme présentent des degrés variables selon la sévérité de leurs troubles.
On parlera d’ «autisme léger» quand la personne présentera des troubles dans la triade de symptômes évoqués ci-dessus, mais que l’intensité de ses troubles est légère et perturbe peu son adaptation sociale. A l’inverse on parlera d’ «autisme sévère» quand l’expression de la triade est très importante et en conséquence, que l’adaptation sociale de cette personne est sévèrement altérée de par son handicap.
De plus, certains professionnels emploient parfois le terme d’ «autisme de haut niveau». Dans ce cas, ils ne font pas référence à l’intensité des troubles autistiques présentés par la personne, mais à l’absence de retard mental associé. Ce sont donc des personnes présentant l’ensemble des caractéristiques de l’autisme (altérations qualitatives des relations sociales, de la communication des intérêts restreints et un début d’expression précoces, avant 3 ans).


 
Mais les T.E.D. c’est quoi ?
«Aujourd’hui la communauté scientifique internationale définit l’autisme comme un "Trouble Envahissant du Développement" (T.E.D.) d’origine neurobiologique, le terme "envahissant" signifiant qu’il a atteint l’ensemble des fonctions de la personne. »
ARAPI & UNAPEI – L’AUTISME, OU EN EST-ON AUJOURD’HUI ? , 2007

Les TED sont un «groupe de troubles caractérisés par des altérations qualitatives des interactions sociales réciproques et des modalités de communication, ainsi que par un répertoire d’intérêts et d’activités restreint, stéréotypé et répétitif.»
OMS - CLASSIFICATION INTERNATIONALE DES MALADIES, 10E EDITION

«L’autisme infantile est une des huit catégories cliniques identifiées par la CIM10 [Classification Internationale des Maladies, 10ème édition (CIM 10), rédigée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)] dans la section des troubles envahissants du développement (TED). Les autres catégories sont l’autisme atypique, le syndrome d’Asperger, le syndrome de Rett, les autres troubles désintégratifs de l’enfance, l’hyperactivité associée à un retard mental et à des mouvements stéréotypés, les autres TED, les TED sans précision. La notion de trouble envahissant du développement présente dans différentes classifications fait référence au caractère extensif, précoce et durable des anomalies dans plusieurs domaines du développement.
Les TED constituent cependant un ensemble hétérogène. Les raisons de cette hétérogénéité sont multiples : sévérité des perturbations, troubles associés (organiques ou psychiatriques ou autres troubles du développement), niveaux de fonctionnement (intellectuel, langagier), âge chronologique.
»
FEDERATION FRANÇAISE DE PSYCHIATRIE - RECOMMANDATIONS POUR LA PRATIQUE PROFESSIONNELLE DU DIAGNOSTIC DE L'AUTISME, JUIN 2005


L’autisme infantile
C’est l’autisme dit typique, défini précédemment dans le paragraphe « qu’est-ce que l’autisme ? »


L’autisme atypique
«Trouble envahissant du développement qui diffère de l’autisme infantile par l’âge de survenue ou parce qu’il ne répond pas à l’ensemble des trois groupes de critères diagnostiques d’un autisme infantile.»
OMS - CLASSIFICATION INTERNATIONALE DES MALADIES, 10E EDITION
Ainsi, soit les troubles sont apparus après 3 ans, soit la personne présente, dans un ou deux domaines psychopathologiques nécessaires au diagnostic, une expression d’une intensité des troubles insuffisante.


Le syndrome de Rett
«Le trouble se caractérise typiquement par un développement initial apparemment normal ou presque normal, suivi d’une perte partielle ou complète du langage et de l’usage des mains, associée à un ralentissement du développement crânien.»
OMS - CLASSIFICATION INTERNATIONALE DES MALADIES, 10E EDITION
C’est un trouble qui ne se retrouve que chez les filles. Les troubles surviennent entre 7 et 24 mois. Il s’en suit, dans les premières années, un arrêt du développement social et du jeu, alors que l’intérêt social reste présent. Ce trouble entraîne systématiquement un retard mental sévère associé.


Les autres troubles désintégratifs de l’enfance
«Trouble envahissant du développement (autre que le syndrome de Rett) caractérisé par la présence d’une période de développement tout à fait normal avant la survenue du trouble, suivie d’une perte manifeste, en quelques mois, des performances antérieurement acquises dans plusieurs domaines du développement ; […]»
OMS - CLASSIFICATION INTERNATIONALE DES MALADIES, 10E EDITION
Lors de la perte d’acquisition, les symptômes caractéristiques des troubles envahissants du développement apparaissent avec un appauvrissement puis une perte du langage et une désorganisation du comportement.


L’hyperactivité associée à un retard mental et à des mouvements stéréotypés
«Trouble mal défini dont la validité nosologique reste incertaine. […] Le diagnostic repose sur l’association d’une hyperactivité sévère – inappropriée compte tenu du développement -, de stéréotypies motrices et d’un retard mental sévère ; […] »
OMS - CLASSIFICATION INTERNATIONALE DES MALADIES, 10E EDITION


Le syndrome d’Asperger
«Trouble de validité nosologique incertaine. […] Il se différencie de l’autisme essentiellement par le fait qu’il ne s’accompagne pas d’un retard ou une déficience de langage […].»
OMS - CLASSIFICATION INTERNATIONALE DES MALADIES, 10E EDITION

«Tous les signes de l’autisme sont présents, les personnes ne présentent ni retard de langage, ni de retard mental »
ARAPI & UNAPEI – L’AUTISME, OU EN EST-ON AUJOURD’HUI ? , 2007

Les autres TED
Trouble envahissant du développement correspondant à la définition générale des TED, mais ne correspondant pas aux pathologies citées précédemment.

Les TED non spécifiés
«Catégorie diagnostique résiduelle qui doit être utilisée pour classer des troubles correspondant à la description générale des troubles envahissants du développement, mais pour lesquels on manque d’informations précises ou pour lesquels les informations sont contradictoires, de sorte qu’ils ne répondent aux critères d’aucun troubles décrits [ci-dessus…].»
OMS - CLASSIFICATION INTERNATIONALE DES MALADIES, 10E EDITION

Et les troubles associés ?
«La question de l’apparition conjointe et/ou successive de deux ou plusieurs pathologies est importante et complexe. […] La communauté scientifique reconnaît son ignorance dans l’explication de ces concomitances ou apparitions successives.»
ARAPI & UNAPEI – L’AUTISME, OU EN EST-ON AUJOURD’HUI ? , 2007

De nombreuses pathologies ont été décrites en association avec l’autisme :
- Une déficience intellectuelle (70%*)
- Une anomalie génétique connue (le syndrome de l’X fragile (4%*), la sclérose tubéreuse de Bourneville, les syndromes de Williams, d’Angelman, de Prader-Willi et de Down (trisomie 21), maladies métaboliques rares …)
- Des antécédents de souffrance cérébrale anté, ou péri natale, de prématurité importante ou de soins hospitaliers prolongés
- Des déficiences sensorielles
- Des pathologies neurologiques (épilepsie 35%*)
* ARAPI & UNAPEI – L’AUTISME, OU EN EST-ON AUJOURD’HUI ? , 2007

De plus, dans l’expression de la pathologie, on retrouve fréquemment des troubles non spécifiques de l’autisme :
- Des troubles du sommeil, et/ou de l’alimentation
- Des troubles du comportement (auto/hétéro agressivité)
- Des troubles « tonico-émotionnels » (des frayeurs intenses sans motif évident et sans réassurance possible, « phobies » spécifiques intenses), des troubles moteurs
- Des perturbations sensorielles (Hypo/Hyper sensibilité tactile, auditive, vestibulaire, visuelle, olfactive, gustative…)

Page originale : C.R.A.H.N. : http://cra-haute-normandie.superdoc.com/modules/edito/content.php?id=24